Agios : définition et astuces pour les éviter autant que possible

Les agios désignent les frais perçus par un établissement bancaire au cours de l’utilisation, par un tiers, d’un compte courant.

Ils peuvent être constitués d’intérêts et de commissions résultant d’opérations particulières. Généralement, les agios bancaires s’appliquent aux comptes courants à découvert. En effet, plus celui-ci est important, plus sa régularisation prendra du temps et plus le montant des agios sera élevé.

En clair, dès que le solde d’un compte bancaire est négatif, la banque considère cette situation de fonds comme une circonstance génératrice d’intérêts.

Agios bancaires : quels sont les différents taux qui s’appliquent actuellement ?

calcul des agios

Quand on parle d’agios, il y a deux types de taux qu’il faudrait connaître. Leur niveau dépend de la nature du découvert, c’est-à-dire s’il a été autorisé ou non.

Quand celui-ci a été autorisé, les agios sont plutôt raisonnables, voire nuls chez certaines enseignes bancaires.

Quant au taux de découvert non autorisé, il s’applique lorsque le titulaire du compte dépasse le seuil maximal de dépense autorisé. Bien évidemment, pour que tout soit transparent, les banques portent à la connaissance de leurs clients le niveau de taux de découvert appliqué dans leurs établissements ainsi que les différentes modalités de prélèvement existantes dans leur grille tarifaire.

Néanmoins, ce taux ne doit pas être supérieur à 20% selon les dispositions légales et réglementaires françaises.

Pour rappel, les agios bancaires sont débités chaque fin de mois ou chaque trimestre selon la nature du compte du client concerné.

Les autres types d’agios existant dans les banques françaises

Au-delà des agios générés par le dépassement pur et simple du seuil de découvert autorisé, il y a aussi une commission d’intervention à payer lorsque le client procède involontairement ou volontairement à un paiement qui a dépassé le découvert autorisé.

Les frais de rejet liés à des prélèvements ou des émissions de chèque sans provision sont également considérés comme des agios bancaires. Il en est de même pour les lettres d’information envoyées par la banque en cas d’incidents de trésorerie tels que le constat d’un compte débiteur non autorisé, le retour d’un chèque sans provision ou les rejets de virement.

Il importe de remarquer que dans le cas où un client est à découvert pendant trois mois consécutifs, la banque peut, d’office, transformer la somme due en un crédit à la consommation avec tous les droits et les obligations qui en découlent.

Mode de calcul des agios

Contrairement aux idées reçues, le mode de calcul des agios bancaires n’est pas complexe, bien qu’il ne soit pas toujours suffisamment explicité par le banquier. De ce fait, tout le monde peut le faire dans l’optique de gérer son compte avec efficacité.

Le calcul part du principe selon lequel les agios sont constitués d’intérêts et de frais qu’il faudrait additionner après un classement par nature.

En ce qui concerne les intérêts, il suffit d’appliquer la formule suivante : multipliez le taux de découvert avec le montant de votre découvert ainsi que le nombre de jours au cours desquels vous avez été à découvert, puis divisez le tout avec 365 jours.

Pour ce qui est des autres frais, le montant peut varier d’une banque à l’autre. Par exemple, chez BNP Paribas, la commission d’intervention est de 8 euros pour chaque transaction effectuée au-dessus du seuil autorisé, l’envoi d’une lettre d’information est facturé à 20 euros et les autres frais s’élèvent à 2,79 euros, soit un total de 30,8 euros.

Il est possible de payer moins d’agios, mais comment ?

Pour économiser au maximum en payant le moins d’agios bancaires possible, la négociation avec votre banquier est l’une des meilleures solutions.

Cela est tout à fait possible si vous êtes un client fidèle et que vous êtes rarement en situation de découvert, ou du moins de façon ponctuelle. Bref, tout dépend de votre capacité à persuader votre banquier que vos découverts ne se sont produits que rarement et pour la bonne cause.

En revanche, si votre banque est rigide et refuse toute négociation, la loi sur la mobilité bancaire vous permettra de changer d’enseigne plus facilement. Si tel est votre cas, nous vous invitons à comparer les offres des banques les moins chères du marché, à savoir les banques en ligne.

Comparez les banques en ligne :


Visa Classic
24€/an

120€ offerts ! Voir l'offre


Visa Classic / Premier
gratuites

80€ offerts ! Voir l'offre



Mastercard Gold
gratuite

160€ offerts ! Voir l'offre

4


Mastercard Classic / Gold / Elite
gratuites

80€ offerts ! Voir l'offre

5


Visa Classic / Premier
gratuites

200€ offerts ! Voir l'offre

6


Visa Electron / Classic / Premier
gratuites

80€ offerts ! Voir l'offre

7


Mastercard Internationale
24€/an

8 mois de
Deezer premium offerts !
Voir l'offre

8


Visa Classic 45€/an
Visa Premier 134€/an

200€ offerts ! Voir l'offre

9


Mastercard
gratuite

Voir l'offre

10


Visa Classic 44,5€/an
Visa Premier 134€/an

CB gratuite
1 an
Voir l'offre

Copyright images : meilleurtaux.com, challenges.fr

Agios : définition et astuces pour les éviter autant que possible
5 (100%) 2 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *