Déconfinement : les Français maintiennent leurs intentions d’achat immobilier

les Français maintiennent leurs intentions d’achat immobilier
Le confinement et la crise du COVID-19 n’ont pas freiné l’engouement des Français pour l’immobilier, confirme une étude récemment menée par Artémis courtage sur les habitudes immobilières des Français. Le point sur la tendance.

Un maintien des intentions d’achat après le déconfinement

Un mois après la fin du confinement, les Français maintiennent leurs intentions d’achat immobilier. Peut-être que le confinement a poussé les Français à une envie de changement, mais en tout cas, ce dont on est sûr, c’est que les Français continuent à effectuer des recherches immobilières en ligne.

Ces recherches ont même augmenté avec le déconfinement alors que le temps d’utilisation d’Internet a plutôt été à la baisse avec la reprise du travail et des sorties à l’extérieur !
Cette augmentation des recherches immobilières en ligne a été notamment constatée durant le mois de juin. Si 8 % des sondés avaient déclaré faire des recherches pour trouver un nouveau logement en avril, ils sont 13 % en juin.

L’augmentation des recherches immobilières a surtout été constatée chez les moins de 35 ans : dans cette tranche d’âge, ils sont 23 % à faire des recherches pour trouver un nouveau logement (soit 10 % de plus que la moyenne des Français), et 22 % ont déjà contacté des banques pour connaitre les conditions d’un éventuel emprunt. Néanmoins, ce sont toujours les seniors qui se projettent le plus, avec 37 % des personnes dans cette tranche d’âge qui déclarent posséder un nouveau projet immobilier.

Toutefois, la crise du COVID-19 a tout de même eu un impact non négligeable sur les projets immobiliers puisque 34 % des acquéreurs sont désormais obligés de reporter (voire d’annuler) leur projet d’achat (dont 53 % des jeunes !).

Des intentions d’achat qui se concrétisent lentement… mais sûrement

Parmi les personnes qui ont décidé de reporter leur projet, 26 % n’ont pas dit non définitivement et attendent de voir l’évolution des prix de l’immobilier. Parmi les sondés, 30 % s’attendent en effet à une baisse des prix de l’immobilier à cause de la crise du COVID-19. En outre, 21 % ont tout simplement reporté leur projet car pendant le confinement, ils n’ont pas pu aller visiter des biens.

Ludovic-Huzieux Co fondateur d'Artémis courtage
@ artemiscourtage.com

Les Français concrétisent ainsi leur intention d’achat lentement et progressivement. Par exemple, Artémis courtage annonce avoir comptabilisé + 27 % de prospects sur la première quinzaine de juin 2020 par rapport à l’année précédente.

Un premier pas qui n’est pas encore synonyme d’achat réel puisque les projets de financements exposés à la banque continuent de baisser (- 39 % par rapport à l’année dernière). L’une des raisons de cette concrétisation progressive des projets immobiliers en tête est la difficulté à obtenir des financements immobiliers dans un contexte de crise économique.

En effet, les banques ont maintenu leur taux d’endettement d’avant la crise (en moyenne autour de 33 %) et elles s’y tiennent. Ludovic Huzieux, le co-fondateur d’Artémis courtage, remarque une augmentation des refus bancaires. Dans ce contexte, les personnes qui souhaitent lancer un projet immobilier ont de moins en moins de choix quant à l’établissement de crédit.

D’une manière générale, même si certains Français restent optimistes et attendent de voir les prix de l’immobilier baisser, le pessimisme est de mise. 81 % des sondés pensent que les crédits vont être plus difficiles à obtenir dans les semaines et les mois à venir. Pas étonnant quand on voit que 15 % des Français ayant déjà un crédit immobilier en cours ont dû contacter leur conseiller bancaire pour diminuer leurs mensualités et que 13 % ont demandé à les suspendre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *