Investir en Bourse en 2020, une bonne idée ?

Investir en bourse
Les périodes de crise boursière sont-elles intéressantes pour investir ? Une question que beaucoup de particuliers se posent en France, surtout face à la baisse des taux d’intérêts des livrets d’épargne, dont l’incontournable Livret A. Si de nombreux Français profitent de la crise économique pour investir sur le marché des actions (avec + 150 000 nouveaux investisseurs particuliers en mars 2020 !), d’autres restent frileux et hésitent à se lancer. Voici notre avis sur la question.

Est-ce le bon moment pour investir en Bourse ?

Dans un contexte de crise économique, rares sont les Français qui jugent le moment opportun pour investir en Bourse. Et pourtant, les prix des actifs sont au plus bas, l’évolution des cours semble plus prometteuse qu’en début d’année 2020, et rien ne nous dit que la crise que nous vivons actuellement se prolongera.

Le bon moment pour investir en bourse
© Adobestock

Or, prendre la décision d’investir, c’est penser à long terme ! Lorsque l’on se projette sur une vision à long terme, on s’aperçoit que le marché boursier a globalement tendance à la hausse. En effet, depuis les années 70, le marché reste en hausse globale, et ce malgré des crises économiques majeures en 1973, 2000 ou 2008. Les périodes de baisse du marché boursier liées aux crises économiques ne sont jamais très longues à l’échelle d’un investissement, et elles ont historiquement toujours été suivies d’une hausse brutale des marchés.

Investir dans la Bourse, c’est donc privilégier la performance à moyen / long terme plutôt que les liquidités immédiates. Si vous avez des fonds immédiatement disponibles pour l’investissement, et que vous souhaitez investir sur le long terme, c’est justement la meilleure période pour le faire !

Investir en Bourse en 2020 : nos conseils

Investir en Bourse, oui, mais pas n’importe comment ! Voici nos conseils pour maximiser les performances de vos placements tout en réduisant le risque lié à l’investissement.

Diversifier ses placements

Premier conseil : diversifier son portefeuille d’investissement. En matière d’investissement boursier, la diversification des placements est la règle n° 1 pour ne pas subir de plein fouet l’impact des fluctuations du marché. Si vous placez tout votre argent sur un livret d’épargne, comme le Livret A, ou sur un fond de placement, comme le contrat d’assurance-vie, l’inflation aura un impact direct sur votre épargne.

Par exemple, depuis février 2020, le taux de rémunération du livret A est historiquement bas (0,5 %), et il n’est pas prêt de remonter… En revanche, investir dans des actions boursières permet un meilleur rendement, à court, moyen et long terme : depuis avril 2020, le marché boursier a repris dans le monde après une baisse importante due au COVID-19. Dans un tel contexte, il peut donc être intéressant de considérer l’investissement boursier pour diversifier ses placements et dynamiser son épargne !

La nécessité de varier ses investissements

Autre règle indispensable à connaitre lorsque l’on se lance dans l’investissement boursier : ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ! Variez les secteurs d’activité, les zones géographiques, les entreprises… Cela vous évitera de tout perdre en cas de chute boursière limitée à un secteur d’activité ou à une région, ou en cas de faillite d’une entreprise.

Placer ses gains sur un Plan d’Epargne en Actions (PEA)

Vous souhaitez investir en Bourse ? Plutôt que d’ouvrir un compte-titres ordinaires, privilégiez l’ouverture d’un Plan d’Epargne en Actions (PEA). Certes, les versements sur un PEA sont plafonnés (150 000 € à 225 000 € selon le type de PEA), et la nature des actions est réglementée. Vous ne pourrez y placer que des actions européennes, ou des parts de Sicav et FCP investis à 75 % ou plus en actions européennes.

En contrepartie, l’ouverture d’un PEA offre des avantages fiscaux pour l’investisseur pendant les 5 premières années, sous condition de ne pas effectuer de retrait :

• Les gains sont soumis à un prélèvement forfaitaire de 30 %.
• Les dividendes et plus-values sont exonérés d’impôt sur le revenu
• Les frais d’ouverture sont plafonnés à 10 €, les frais d’ouverture de compte à 0,4 %, les frais de transaction à 0,5 % et les frais de transfert du plan dans un autre établissement à 150 €.
A partir de là, pariez sur les entreprises et secteurs à forte croissance, fixez-vous des objectifs et tenez-vous-y, et vos placements devraient vous permettre de gagner des sommes intéressantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *