Les échéances du Livret d’épargne populaire reportées

Le livret épargne populaire
Chaque année, les personnes ayant souscrit à un Livret d’épargne populaire (LEP) doivent fournir leur avis d’imposition afin de justifier qu’ils soient toujours éligibles à ce type de placement. La crise sanitaire actuelle a décalé cette échéance au 30 septembre, ce qui permet aux détenteurs de bénéficier de 6 mois d’intérêts supplémentaires.

La déclaration de revenus auprès de la banque décalée au 30 septembre

Les détenteurs d’un Livret d’épargne populaire (LEP) doivent fournir leur avis d’imposition tous les ans à leur banque afin qu’elle puisse vérifier qu’ils soient encore éligibles à ce type de produit d’épargne. En effet, le LEP est réservé aux ménages modestes et les revenus des souscripteurs ne doivent pas dépasser la limite autorisée selon son quotient familial.

La declaration de revenu decalée pour les LEP
© Adobestock

Par exemple les revenus d’une personne célibataire ne doivent pas être supérieurs à 19.977 euros pour ses revenus de l’année passée et pour un couple avec deux enfants alors le plafond des revenus s’élèvent à 33 979€.

Si vous êtes dans cette situation, sachez que si vos revenus dépassent ce montant deux années de suite alors votre Livret d’épargne populaire sera clôturé. Si vous ne transmettez pas la copie de votre dernier avis d’imposition chaque année avant le 31 mars alors votre établissement bancaire est en droit de fermer votre compte épargne et transférer votre épargne sur votre compte courant.

Cette année suite à la crise sanitaire provoquée par la pandémie de la Covid-19, l’obligation de fournir un justificatif de revenus est décalée à septembre, alors les détenteurs d’un LEP bénéficient d’un semestre supplémentaire. En effet, si vous êtes dans cette situation, sachez que vous avez jusqu’au 30 septembre pour envoyer à votre banque votre avis d’imposition, ainsi vous pouvez profiter de six mois d’intérêts supplémentaires.

Les avantages d’un Livret d’épargne populaire

Le livret d’épargne populaire bénéficie d’un taux d’épargne de 1%, ce qui représente le double du Livret A (0,5%) et son plafond de dépôt est limité à 7500€. L’annonce de ce report permet aux personnes n’étant plus éligibles à ce type de compte épargne de bénéficier de six mois supplémentaires d’intérêts.

Quant aux ménages n’ayant pas pu fournir leur avis d’imposition suite au confinement, le décret publié dans le Journal Officiel leur permet de transmettre ce document à leur établissement bancaire jusqu’au 30 septembre et ainsi éviter une clôture de leur livret épargne par leur banque .

Loin d’être populaire chez les français

Malgré un taux d’intérêt intéressant par rapport aux autres livrets d’épargne, le LEP est loin d’être le compte épargne le plus plébiscité par les Français. En effet, les encours du Livret d’épargne populaire sont bien moins élevés que le Livret A : 40 milliards d’euros pour le premier et 304 milliards pour le second au 1er mars 2020.

L'écheance est reportée pour les detenteurs de LEP
© Adobestock

Cet écart d’encours n’est pas le seul à observer entre le LEP et le Livret A. En effet, le nombre de titulaires d’un Livret d’épargne populaire le 31 décembre 2018 était de 8,5 millions contre 55 millions pour le Livret A, indique la Banque de France.

Ce manque de popularité s’explique dans un premier temps par son accessibilité limitée. En effet, seules les personnes aux revenus modestes (en dessous de 19.977 euros annuels pour les personnes célibataires par exemple) peuvent prétendre à ce type de compte d’épargne. De plus, les établissements bancaires sont peu nombreux à promouvoir ce type de placement auprès de leurs clients.

Cet impopularité actuelle risque vite de changer. Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a déclaré en janvier dernier vouloir faciliter les démarches des épargnants de ce placement en incitant les banques à se tourner vers les impôts pour connaître les revenus des détenteurs et ainsi permettre aux clients de se décharger de la tâche de transmettre leur avis d’imposition chaque année.

Cette proposition du gouvernement s’inscrit dans le projet de loi ASAP (accélération et simplification de l’action publique) débattu actuellement à l’Assemblée Nationale et d’ores-et-déjà adoptée par le Sénat. L’objectif est de simplifier les démarches pour les épargnants et leur permettre d’accéder à toutes les informations sur les comptes épargnes adaptés à leur situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *