Nickel : un succès retentissant

En quelques années seulement, Nickel «le compte pour tous », a bouleversé le paysage bancaire. Distribué par un réseau de buralistes à travers l’Hexagone et l’Outre-mer, il suffit de 5 minutes pour ouvrir un compte courant Nickel et obtenir directement un RIB français et carte bancaire internationale. La Fin Tech française a récemment franchi le cap des 2 millions de clients, un chiffre loin d’être anodin !

A titre de comparaison, le leader de la banque Boursorama Banque revendique 2,5 millions de clients et la néobanque allemande N26 seulement 600 000 clients en France. Alors, comment expliquer un tel succès ?

Nickel répond à un besoin réel

Nickel a été lancé en 2014. L’idée était de proposer un compte courant ouvert au plus grand nombre : aucune condition de revenus, aucun dépôt minimal et pas de découvert possible.
Un compte ouvert en 5 mn auprès d’un buraliste, délivrant directement une carte MasterCard internationale et un RIB français. Le tout pour 20 € par an.

Très clairement, ce “compte pour tous” se destinait initialement à une clientèle avec des revenus modestes, irréguliers et aux personnes exclues des circuits bancaires traditionnels comme les interdits bancaires et ceux qui ont des chèques impayés. Aujourd’hui, c’est toujours le cas, mais Nickel compte aussi sur de nouveaux profils de clients.

 

avantages Nickel
🔎 La simplicité et la praticité du compte font assurément partis des éléments qui justifient le succès de la fin-tech.

 

Premièrement, les clients qui cherchent à économiser sur leurs coûts de gestion financière. Avec des tarifs clairs et pas de découvert possible (qui coûte cher !), Nickel est pour eux une option de choix.

Deuxièmement, les clients déjà bancarisés mais qui veulent un compte secondaire qu’ils destinent à un usage spécifique : faire les courses au quotidien, acheter sur internet, payer les voyages … Là encore, les commissions très réduites de Nickel font mouche. En France, un compte courant coûte en moyenne à son titulaire 215 € par an et paradoxalement jusqu’à 400 € pour ceux qui ont les revenus les plus faibles ! Avec Nickel les frais de gestion sont en moyenne de 60€ par an, c’est donc 3 à 6 fois plus économique qu’avec un compte classique.

On n’est donc pas surpris d’apprendre que 60% des clients Nickel l’utilisent comme leur compte principal …

Pépite FinTech rentable depuis 2018

Cette dernière statistique, justement, explique pourquoi Nickel est rentable depuis 2018.
Par une utilisation au quotidien, ses utilisateurs génèrent des commissions. Suffisantes en tout cas pour couvrir les coûts d’exploitation, au premier rang desquels les commissions reversées aux plus de 6 000 Points Nickel partenaires.
D’ailleurs ces commissions sont connues des clients, puisqu’elles sont affichées dans chaque bureau de tabac et Points Nickel.

Par exemple :

  • sur les 20€ payés au moment de la souscription, 3 € sont reversés au buraliste/Points Nickel
  • sur la commission de 0,50 € payée pour un retrait, 0,23 € passent au buraliste/Points Nickel

Nickel verse également très peu de primes de bienvenue à ses clients. Un élément de coût très important chez les banques en ligne concurrentes (80 € chez Fortuneo, 120 € chez Monabanq, 80 € chez Hello Bank…).
Son modèle économique tombe sous le sens et se révèle même très équilibré, et sain. Tandis que de nombreuses néobanques plient bagage ou revoient fortement leurs activités dans l’Hexagone, Nickel profite de sa trésorerie pour financer un développement international.

Le compte pour tous : un besoin européen et pas seulement français

Ainsi, lorsqu’en 2019 elle annonçait vouloir passer le cap des 4 millions de clients, on comprend aujourd’hui que ce n’est pas sur le marché français que Nickel compte trouver 2 millions d’utilisateurs en plus.

Même si la France reste son marché stratégique, le “compte pour tous” est un produit universellement demandé.
Cap sur l’Espagne, où Nickel ne déroge pas à sa philosophie, en s’appuyant sur des points de vente ancrés dans le quotidien des utilisateurs. Cette fois, ce sera à la fois les buralistes et les distributeurs de la loterie nationale.

 

nickel espagne
🔎 Nickel se donne les moyens de conquérir le marché ibérique, un marché clé dans conquête à l’échelle européenne.

 

A terme, c’est 700 000 utilisateurs espagnols qui sont attendus d’ici la fin 2024. Un objectif loin d’être irréaliste, sachant qu’elle s’approche déjà des 600 revendeurs.

Rappelons qu’en France, Nickel s’appuie actuellement sur plus de 6 000 buralistes (le pays en compte environ 27 000). Pour ces derniers, ce partenariat est une manne réelle à l’heure où la consommation de tabac baisse.

Nickel : une diversification pour maintenir la croissance ?

Racheté par la BNP Paribas en 2017, Nickel a donc les moyens de ses ambitions. Un rachat qui lui a permis de davantage se structurer – gestion des risques, IT et surtout marketing produit. Rappelons qu’outre son offre classique, Nickel propose également l’offre Nickel Chrome qui s’apparente davantage à une carte Gold et l’offre Jeune pour les 12-17 ans.

En somme, Nickel cultive sa présence sur son segment initial et ne s’interdit pas de chasser sur des segments déjà fortement occupés.
Comme nous l’avons indiqué, la clientèle multi-bancarisée et en quête d’un compte secondaire l’intéressent fortement – qu’il s’agisse du citadin branché ou du chef.fe de famille.

Attention, cela ne se passe pas toujours sans accrocs. On se rappelle qu’en octobre 2020, les clients Nickel avaient subi de gros problèmes avec leur compte bancaire. Impossible de payer avec leur carte, ni de retirer des espèces à un DAB.
Une défaillance due à une saturation du système, et qui a affecté environ 250 000 clients. Certains ont même eu la mauvaise surprise de voir leur compte débité des retraits et les paiements pourtant échoués.

Conclusion

Depuis son lancement en 2014, la FinTech française souhaitant « réinventer le compte courant » a donc connu une ascension continuelle, à peine perturbée par la crise sanitaire. Après un succès immédiat qui lui a permis de capter son premier million de clients, et une phase de consolidation autour du marché français, vient aujourd’hui le déploiement européen.

Après l’Espagne, c’est au tour de la Belgique et du Portugal en 2021. Et si Nickel est rentable en France, il faudra attendre quelques années dans les autres pays.

Là encore, ce n’est qu’une question de temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *