Assurance habitation : 5 points à vérifier absolument avant de partir en vacances !

 

Vous avez prévenu les collègues et terminé les bagages : vous voilà fin prêt à partir en vacances ! Mais avez-vous bien pensé à tout ? Avant de quitter le logement pour partir en vacances, il y a plusieurs bons réflexes à adopter pour éviter les désagréments. De plus, des clauses spécifiques de l’assurance habitation s’appliquent en cas d’inhabitation.

1. L’eau, le gaz et l’électricité

En votre absence, une fuite d’eau, de gaz ou un gros orage peuvent causer des dégâts importants. Vous devez donc couper l’alimentation du logement en eau et énergie pour protéger vos biens et votre domicile quand vous partez en vacances.

Par exemple, si un évier fuit, il peut finir par causer un dégât des eaux. Or, la plupart des contrats d’assurance habitation imposent de couper l’eau en cas d’absence prolongée. La durée est généralement de 7 jours, voire moins selon la police souscrite.

Vous devez aussi penser à débrancher vos appareils électriques, comme un ordinateur ou la box internet. En cas de gros orages, un éclair violent qui frappe le sol peut entraîner une surtension de vos appareils. Endommagés, ils ne sont plus utilisables et non forcément remboursés par votre assurance habitation. De nombreux contrats ne couvrent en effet que les biens directement endommagés par la foudre.

2. Vos biens et objets de valeur

L’assurance habitation couvre le logement et ce qu’il y a à l’intérieur. Électroménager, appareils électriques, mobilier d’ameublement : tous ces biens représentent un « capital mobilier ». En cas de sinistre (incendie, catastrophe naturelle, etc.), vos biens sont couverts par l’assurance habitation jusqu’à un certain montant, indiqué dans le contrat.

L’estimation de votre capital mobilier peut être trop basse par rapport à la valeur réelle de vos biens. Au fur et à mesure des années, vous avez probablement acheté de nouveaux biens, certains de valeur peut-être. Avant de partir en vacances, c’est donc le bon moment pour réaliser une nouvelle estimation de votre capital mobilier.

Enfin, rangez vos objets de valeur dans des meubles sécurisés, comme un coffre-fort. Certains assureurs peuvent considérablement réduire l’indemnisation en cas de sinistre si les objets précieux n’étaient pas en sécurité.

3. Les dépendances et le jardin

Techniquement, le jardin, les cabanes, serres, etc. font bien partie de votre logement. Mais attention : c’est différent pour les assurances habitation. Le mobilier de jardin, comme un système d’éclairage, est plus à risque en extérieur, à cause des intempéries ou du vol.

Tout d’abord, pensez à ranger tout ce qui peut l’être. Si vous avez une tondeuse thermique, rentrez-la dans le garage : certains assureurs considèrent qu’il s’agit d’un véhicule à moteur, et qui est donc exclu de l’assurance habitation.

Ensuite, vérifiez votre contrat. Si l’assurance est multirisque, une option « plein air » peut être déjà incluse. Autrement, vous pouvez demander à l’assureur de rajouter la couverture du jardin et des dépendances.

4. La durée de votre séjour

La « clause d’inhabitation » est comprise dans de nombreux contrats d’assurance habitation. L’inhabitation est le moment où vous n’habitez plus votre logement, même temporairement : c’est par exemple le cas si vous partez en vacances. Si le temps de votre séjour est supérieur à la durée de cette clause, votre logement risque donc de ne plus être couvert en cas de sinistre.

La durée dépend de votre contrat d’habitation : elle est généralement de 30 à 90 jours par an maximum. Il est possible que la clause soit cumulative : si vous partez plusieurs fois en vacances par an, la durée de chaque séjour s’additionne. Une fois le plafond atteint, si vous partez de nouveau en vacances la même année, votre logement n’est plus couvert.

Vous devez donc vérifier votre contrat. Vous pouvez demander à l’assurance de supprimer la clause d’inhabitation, mais cela entraîne une surprime. Par ailleurs, si votre séjour est plus long que ce que prévoit le contrat, vous pouvez souscrire à une extension de garantie.

5. Les couvertures de votre assurance habitation en vacances

Si vous avez souscrit à une assurance multirisques habitation, vous profitez certainement de plusieurs couvertures quand vous partez en vacances. La garantie villégiature est la plus importante : en plus de votre résidence principale, elle couvre votre résidence de vacances. En cas de dommages causés, par exemple une télévision renversée, vous pouvez faire jouer votre assurance.

Néanmoins, cette garantie est généralement valable uniquement pour une location de vacances en France. Pensez à vérifier votre contrat avant de partir.

Des garanties supplémentaires peuvent être incluses selon la gamme et le niveau de protection de votre assurance habitation. Vous pouvez ainsi bénéficier de la responsabilité civile étendue à l’étranger, par exemple si vous êtes poursuivi après avoir cassé par accident un objet de valeur chez un commerçant local.

Vous pouvez aussi demander une assistance en cas de maladie ou d’hospitalisation. Sachez que vous pouvez également bénéficier de ces garanties avec votre carte bancaire lors d’un séjour à  l’étranger. 

Attention à vos dates de vacances : dans la plupart des contrats, au-delà de 3 mois, les garanties de votre assurance habitation en vacances ne sont plus applicables.

Pour choisir le contrat de le plus adapté à votre situation, n’hésitez pas à consulter notre dossier sur les meilleures assurances habitation du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.