Qui se cache derrière les banques en ligne : la réponse

qui se cache derrière les banques en ligne

A qui appartiennent les banques en ligne ? Avec leurs offres commerciales concurrentielles et leur positionnement disruptif, la question de savoir qui se cache derrière les banques en ligne mérite d’être posée, surtout si vous hésitez à faire l’expérience de la banque en ligne. Savoir où l’on met les pieds est fondamental avant d’ouvrir un compte dans un établissement, surtout quand il est totalement dématérialisé. Notre expertise sur les banques en ligne nous a permis d’enquêter sur ces dernières afin de vous indiquer qui se cache derrière les plus connues et de vous aider ainsi à savoir si les banques en ligne sont fiables ou non.

A la fin de ce dossier qui ne vous prendra guère plus de 5 minutes de lecture vous serez capable :

  • de savoir quel est l’actionnariat des grandes banques en ligne du marché
  • de mieux comprendre le marché des banques en ligne
  • de déterminer si leur actionnariat est solide ou non

L’actionnariat des banques en ligne

Hello BankBNP Paribas
Boursorama BanqueSociété Générale
FortuneoCrédit Mutuel Arkéa
MonabanqCrédit Mutuel / Codifis
INGING Group
Orange BankOrange / Groupama
BforbankCrédit Agricole

Qui se cache derrière les banques en ligne ?

Les banques en ligne appartiennent aujourd’hui quasiment toutes à des grands groupes : qu’ils soient bancaires, assureurs ou liés au monde des télécoms. Il ne s’agit en réalité que de filiales de ces grandes entités, qui ont racheté les banques en ligne à l’époque indépendantes, ou qui ont décidé d’en créer elles-même, conscientes du potentiel important du marché de la banque digitale.Voici un tableau récapitulatif pour mieux percevoir à qui appartiennent les banques en ligne :

L’actionnariat des banques en ligne

Hello BankBNP Paribas
Boursorama BanqueSociété Générale
FortuneoCrédit Mutuel Arkéa
MonabanqCrédit Mutuel / Codifis
INGING Group
Orange BankOrange / Groupama
BforbankCrédit Agricole

Vous le constatez, la plupart des banques en ligne appartiennent surtout à des groupes bancaires ou d’assurances français ou européens. La seule exception est Orange Bank qui est une émanation de Groupama et de l’opérateur télécom Orange.

Pour les groupes bancaires, Société Générale détient Bousorama Banque (rachat en 2020), Fortuneo a aussi été racheté en 2006 par le Crédit Mutuel Arkéa, tout comme Monabanq la même année par le Crédit Mutuel Alliance fédérale. Bforbank a été lancé par le Crédit Agricole en 2009, et Hello Bank a vu le jour en 2013, sur une idée de BNP Paribas. Enfin, ING est quant à elle une filiale de la banque néerlandaise ING.

actionnariat banque en ligne

Cette réalité de l’actionnariat des banques en ligne relativise le bouleversement du marché qui était attendu avec les banques en ligne : les acteurs du marché sont finalement les mêmes.

Aussi, l’on constate que les banques traditionnelles sont discrètes à ce sujet et qu’elles n’hésitent pas ainsi à cannibaliser quelque peu leurs offres en vue de répondre aux attentes de nombreux consommateurs qui recherchent plus de mobilité dans leur relation avec leur banque.

Quoi qu’il en soit, si votre inquiétude était de savoir si les banques en ligne avaient les reins assez solides, ou si elles étaient des acteurs sérieux, sachez qu’elles appartiennent aux plus grands groupes bancaires français pour la plupart.

Qui se cache derrière les néobanques en ligne ?

Les néobanques appartiennent soit à des groupes bancaires français (pour les offres hybrides telles que Enjoy, Kapsul ou encore Eko) soit sont indépendantes pour les néobanques 100% mobiles (comme N26, Revolut ou Monese).Alors que les banques en ligne étaient pour la plupart indépendantes à leur début avant d’être rachetées par ces grands groupes, la situation des néobanques est quelque peu différente, comme le montre ce tableau de l’actionnariat des néobanques commercialisées en France :

L’actionnariat des néobanques

N26N26
RevolutRevolut
BunqBunq
MoneseMonese
My French BankLa Banque Postale
EkoCrédit Agricole
EnjoyCaisse Epargne
KapsulSociété Générale

En réalité, le marché se compose en deux catégories de néobanques :

  • les néobanques qui sont de véritables banques mobiles : elles ont un fonctionnement 100% dématérialisé, comme c’est le cas de N26, Nickel, Bunq, Monese ou Revolut
  • les néobanques des banques traditionnelles : elles sont une forme hybride entre une banque traditionnelle et une banque mobile en proposant à la fois le réseau d’agences de leur société mère et une offre conçue pour correspondre aux attente des clients des banques mobiles classiques. C’est le cas de My French Bank, Eko, Enjoy et Kapsul

Aussi, les néobanques 100% banques mobiles sont indépendantes et les néobanques hybrides (traditionnelles / mobiles) sont des émanations appartenant à 100% aux groupes bancaires français.

actionnariat monese

Aussi, il ne serait pas étonnant, comme ce fut le cas pour les banques en ligne, que les néobanques 100% mobiles, N26 et Revolut en tête, soient rachetées dans les 5 prochaines années par des groupes bancaires.

Cette dynamique, tout comme la réalité de l’actionnariat des néobanques, démontre que les suspicions autour des néobanques (comme pour les banques en ligne) ne sont pas fondées. Elles appartiennent toutes à des groupes bancaires, et si ce n’est pas encore le cas, cela arrivera tôt ou tard. La même chose est d’ailleurs valable pour les néobanques pro, comme l’a démontré le rachat de Shine par la Société Générale en 2020.

A qui appartiennent les banques en ligne ? Ce qu’il faut en conclure

qui se cache derrière les banques en ligneVous le voyez, le marché des banques en ligne, bien qu’en rupture d’un point de vue marketing et commercial avec les banques traditionnelles, ne renouvelle pas vraiment le paysage bancaire dans son ensemble. En réalité, les groupes bancaires, ou les grands assureurs ne sont jamais bien loin de ces entités et pour celles qui restent encore indépendantes, elles ne sont pas exemptes d’être rachetées par ces acteurs d’envergure. A la question de savoir qui se cache derrière les banques en ligne, la réponse est simple : les banques elles-mêmes !La même dynamique est présente pour les néobanques, que ce soit pour les particuliers ou les professionnels, avec un ancrage des banques traditionnelles déjà établi ou à venir dans ces marchés.

L’appartenance des banques en ligne aux grands groupes est en tout cas un gage de réassurance et de sérieux pour les personnes ayant des doutes sur leur fiabilité et leur solidité, surtout que ces dernières sont sujettes aux mêmes obligations légales et réglementaires que votre banque actuelle.

Il n’y a donc aucune crainte à avoir pour l’ouverture d’un compte dans une néobanque. Les craintes sont plutôt liées à la concordance entre vos besoins et celles de l’offre proposée par la banque en ligne, d’où la nécessité de prendre le temps de comparer les offres et pourquoi pas de tester une banque en ligne gratuitement. Leurs offres sont sans engagement et totalement gratuites si vous optez pour des comptes sans conditions de revenus.

Nos ressources complémentaires :

Une suggestion ou l’envie de donner votre avis sur notre dossier ? Mettez nous un petit commentaire, on se fera une joie de vous répondre ou de rebondir sur vos remarques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *